SUGAR DADDY

RESUME

Etudiante à Sciences Politiques Paris, Manon, 20 ans, vit dans une petite chambre de bonne et travaille dans un fast-food pour pouvoir financer ses études. Mais lorsqu’elle se fait virer du jour au lendemain, et qu’un joli camion blanc vient faire de la publicité devant l’université proposant un nouveau genre de job étudiant, Manon envisage peut-être d’essayer…Comme Manon, de nombreux(ses) étudiant(e)s peinent à assumer financièrement leurs études. Depuis quelques années, des « Sugar Daddys » et « Sugar Mamas » (papas et mamans sucré(e)s) proposent d’aider financièrement ces jeunes, moyennant du temps et
quelques faveurs (sexuelles, la plupart du temps). Sous couvert d’une communication attrayante, les nombreux sites de rencontre (Sugardaddy.fr, Seekingarrangement.com, Richmeetbeautiful.com) facilitent la multiplication de ces « rencontres tarifées », camouflant la prostitution de ces jeunes étudiant(e)s de façon édulcorée.

EXTRAIT

MANON
Il y a un joli camion garé dans ma rue .(…) Une musique douce me parvient, m’attirant vers lui. Je me sens comme magnétisée…
 La porte arrière s’ouvre toute seule. Je rentre. À l’intérieur, la musique est plus forte. Il y a des sucreries à foison : bonbons, pommes d’amour, fraises tagada, dragibus, barbes à papa…Je mange. Je me délecte. Je me lèche les doigts. Je dévore le volant, les sièges, les fenêtres, le rétroviseur. Je suis Hansel et Gretel. J’ai tellement faim que je me gave jusqu’à l’écœurement. Je ne serai jamais assez rassasiée alors je mange, je fais des
provisions, je mange…
Tout à coup, je sens une présence derrière moi. Un homme apparaît. Il a les cheveux blancs. D’un blanc aussi immaculé que celui du camion. Que celui du sucre glace qui recouvre ses murs. L’homme a trois fois mon âge. Il est élégant. Très bien habillé. Parfaitement coiffé. Il me sourit de toutes ses dents étincelantes, son sourire brille. Il me dit de ne pas avoir peur. De manger à ma faim. De manger tout ce qui me fera plaisir. Puis il me propose une danse. Galamment, mais avec autorité. J’accepte. Je ne sais pas pourquoi j’accepte. Je ne sais pas ce que je fais là. Je ne sais pas ce qu’il fait là. Mais j’accepte.
 L’homme me tend sa main. M’attrape par la taille. Me fait tourner. Doucement d’abord, puis de plus en plus vite. Je me laisse emporter…mais je me rends vite compte que mes mains collent aux siennes. J’ai mangé trop de sucre. Je m’en suis mis partout. Je colle. J’essaie d’articuler mes doigts, de décoller mes mains des siennes, mon torse du sien. Mais je ne peux pas. Mon corps est attaché au sien. Englué. Le sucre colle de partout.
Impossible de me défaire de son étreinte. Il rit. Je suis l’araignée prise dans ses filets. Il rit. Il rit de plus belle. Et je suis écœurée. Et je colle. Et je veux crier, mais ma bouche colle elle aussi. Je n’arrive pas à l’ouvrir. Je n’arrive pas à parler…
Un temps.
C’est toujours là que je me réveille en sursaut. Je fais ce rêve souvent.

Ecoutez